En poursuivant votre navigation, vous acceptez les cookies destinés à mesurer l'audience de notre site internet.
Language selector
Accueil / Décisions, Avis & Publications / Décisions / ArianeWeb / CE / analyse / 2016-06-30 / 387959

Base de jurisprudence

Ariane Web: Conseil d'État 387959, lecture du 30 juin 2016
Conseil d'État

N° 387959
Publié au recueil Lebon

Lecture du jeudi 30 juin 2016



26-01-01-01 : Droits civils et individuels- État des personnes- Nationalité- Acquisition de la nationalité-

Francisation des nom et prénom à l'occasion de l'acquisition de la nationalité française (loi du 25 octobre 1972) - Respect des conditions légales en l'espèce - 1) Prénom du calendrier grégorien - 2) Francisation du nom tribal d'origine et non du nom porté par le pétitionnaire.




La loi n° 72-964 du 25 octobre 1972 permet de franciser ses nom et prénom à l'occasion de l'acquisition de la nationalité française et définit les conditions de francisation des noms et prénoms. 1) S'agissant du prénom, le prénom Tatiana figure au calendrier grégorien auquel renvoyaient les dispositions de la loi du 11 Germinal an XI relative aux prénoms et changement de noms selon lesquelles : "les noms en usage dans les différents calendriers et ceux des personnages connus de l'histoire ancienne pourront seuls être reçus comme prénoms sur les registres de l'état civil destinés à constater la naissance des enfants" et est porté en France depuis de nombreuses années. Il peut donc être regardé comme un prénom français au sens des dispositions de l'article 2 de la loi du 25 octobre 1972. 2) S'agissant du nom de famille, la requérante souhaite franciser non le nom qu'elle porte actuellement mais le nom tribal porté par sa famille, qui avait été contrainte de ne plus l'utiliser à la suite de l'occupation de l'Afghanistan par des troupes étrangères. La forme demandée par la requérante fait perdre à ce nom sa consonance étrangère et remplit l'une des conditions posées par la loi. Illégalité du refus du ministre.




26-01-03 : Droits civils et individuels- État des personnes- Changement de nom patronymique-

Francisation des nom et prénom à l'occasion de l'acquisition de la nationalité française (loi du 25 octobre 1972) - Respect des conditions légales - 1) Prénom du calendrier grégorien - Existence - 2) Francisation du nom tribal d'origine de la famille et non du nom porté par le pétitionnaire - Existence.




La loi n° 72-964 du 25 octobre 1972 permet de franciser ses nom et prénom à l'occasion de l'acquisition de la nationalité française et définit les conditions de francisation des noms et prénoms. 1) S'agissant du prénom, le prénom Tatiana figure au calendrier grégorien auquel renvoyaient les dispositions de la loi du 11 Germinal an XI relative aux prénoms et changement de noms selon lesquelles : "?les noms en usage dans les différents calendriers et ceux des personnages connus de l'histoire ancienne pourront seuls être reçus comme prénoms sur les registres de l'état civil destinés à constater la naissance des enfants." et est porté en France depuis de nombreuses années. Il peut donc être regardé comme un prénom français au sens des dispositions précitées de l'article 2 de la loi du 25 octobre 1972. 2) S'agissant du nom de famille, la requérante souhaite franciser non le nom qu'elle porte actuellement mais le nom tribal porté par sa famille, qui avait été contrainte de ne plus l'utiliser à la suite de l'occupation de l'Afghanistan par des troupes étrangères. La forme demandée par la requérante fait perdre à ce nom sa consonance étrangère et remplit l'une des conditions posées par la loi. Illégalité du refus du ministre.

Voir aussi

  • traduction de décisions

  • Mode d'emploi de la base de jurisprudence

    Pour le Conseil d’Etat, ArianeWeb contient :
    - les « grands arrêts » depuis le premier à avoir été désigné comme tel (19 février 1875, Prince Napoléon) ;
    - les décisions figurant depuis 1968 au "Recueil des décisions du Conseil d'État" (dit "Recueil Lebon") et l’analyse de ces décisions ;
    - la quasi-intégralité des autres décisions rendues en formations collégiales, ainsi que les ordonnances de référé, depuis 1987 ; certaines de ces décisions comportent une indexation au plan de classement de la jurisprudence administrative
    - les conclusions des rapporteurs publics prononcées devant les formations de Section du contentieux et d’Assemblée du contentieux depuis octobre 2010.
    - Les décisions nouvelles sont ajoutées à la base dès le lendemain de leur "lecture" (ou prononcé).

     

    Pour les cours administratives d’appel, la base ArianeWeb contient une très importante sélection d’arrêts rendus par les cours depuis le début de leur activité (1989), dont tous ceux qui ont été signalés pour leur apport à la jurisprudence, avec le plus souvent une analyse précisant cet apport.

    La base vous propose deux modes de consultation de son contenu :

    La "Recherche simple", (premier écran) vous permet de retrouver tous les documents contenant le ou les terme(s) et/ou numéro(s) que vous aurez saisi(s).

    Avec le mode "Recherche avancée", vous pouvez utiliser des critères précis, contenus dans le document ou qui lui sont associés (date de lecture, formation de jugement, indexation au plan de classement de la jurisprudence administrative…).

    L’aide en ligne explicite ces possibilités.

    A l’exception des conclusions des rapporteurs publics, ces documents sont également accessibles sur le site Légifrance, qui présente en outre quelques jugements de tribunaux administratifs, une sélection plus large des arrêts rendus par les cours administratives d’appel et des arrêts de la Cour de discipline budgétaire et financière.

  • Comment se procurer les actes du Conseil d'État ?

    Se procurer le texte d’une décision, d’une ordonnance ou d’un avis contentieux, les conclusions d’un rapporteur public, les avis sur les questions de droit, les avis sur les projets de texte...

Sélection d'actualités

toutes les actualités