Décision de justice

Hôpital : le juge des référés maintient l’encadrement de la rémunération des médecins intérimaires

Passer la navigation de l'article pour arriver après Passer la navigation de l'article pour arriver avant
Passer le partage de l'article pour arriver après
Passer le partage de l'article pour arriver avant

Le juge des référés du Conseil d’État rejette aujourd’hui la demande du Syndicat national des médecins remplaçants dans les hôpitaux (SNMRH) de suspendre l’instruction ministérielle visant à contrôler les dépenses d’intérim médical. Selon la loi, les rémunérations des médecins, odontologistes et pharmaciens ne doivent pas dépasser les plafonds réglementaires instaurés dans les établissements publics de santé.

En application de l’article 33 de la loi dite « Rist »1, le Gouvernement a pris en mars dernier une instruction ministérielle pour contrôler les dépenses d’intérim médical et de vacations dans les établissements publics de santé2. Le Syndicat national des médecins remplaçants dans les hôpitaux a demandé au juge des référés du Conseil d'État de suspendre cette instruction ministérielle.

Le juge des référés du Conseil d’État observe que cette instruction ministérielle est conforme à la loi : les rémunérations des médecins, odontologistes et pharmaciens recrutés dans les établissements publics de santé par la voie de l’intérim ou de la vacation ne doivent pas dépasser les plafonds réglementaires. Le comptable public doit refuser le paiement des rémunérations irrégulières et, en cas de refus du praticien de mettre en règle son contrat, en saisir l’agence régionale de santé. Celle-ci saisit alors le tribunal administratif du contrat qu’elle estime irrégulier.

En rappelant l’état du droit issu de la loi « Rist » dans cette instruction ministérielle, le ministre chargé de la santé et le ministre chargé de l’économie n’ont pas outrepassé leur compétence.

Le juge des référés constate qu’aucun des moyens avancés par le Syndicat national des médecins remplaçants dans les hôpitaux n’est de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de l’instruction ministérielle contestée. Pour cette raison, la demande de suspension est rejetée.

 

 

Lire l'ordonnance

Read the press release in English

 

 

1 LOI n° 2021-502 du 26 avril 2021 visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification
2 Instruction ministérielle n° DGOS/RH5/PF1/DGFIP/2023/33 du 17 mars 2023 relative au contrôle des dépenses d’intérim médical dans les établissements publics de santé